rayan925jv

rayan925jv

Mon avis sur Crystar

wp4578585-crystar-game-wallpapers

 

Bonjour à tous et à toutes, aujourd'hui nouveau test qui sera consacré à la version Switch de Crystar.

 

Je remercie infiniment Koch Media France pour l'envoi d'une version physique du jeu ❤️.

Mon avis:

Avec son histoire, Crystar se veut bien plus profond qu’il en a l’air derrière son apparence, disons, bonne enfant et tend vers le conte psychologique. Toutefois, il échoue misérablement à créer ne serait-ce qu’une once d’intérêt pour ce qu’il tente de raconter. Pourquoi? Une question qui appelle une réponse tout aussi simple mais pas aussi concise. Les éléments problématiques sont nombreux. Si on tente d'y apporter un argument spontanément, c’est sans hésitation qu’on pointera de notre gros doigt les différents personnages mis en scène. Il n’y en a vraiment pas un pour sauver l’autre.

 

Déjà, il y a l’apparence: quand certains apprécieront le style vestimentaire de ces filles, d’autres le déploreront. Ce n’est pas le fait qu’il nous ait été donné la possibilité de changer à la volée nos tenues, plus ou moins légères, qui est fâcheux. Au contraire, cette fantaisie semble tout à fait à propos pour ce type de jeu. Non, ce qui ennuie, c’est cette tentative ratée de vouloir apporter un côté mignon aux héroïnes, ce «kawai» propre à ce type de prod. Au lieu d’attirer la sympathie du joueur, le jeu réussit à faire l’inverse. On éprouve facilement de l’agacement, et tout particulièrement en ce qui concerne l’héroïne principale, à savoir Rei.

 

Lorsque l’aventure s’ouvre, le personnage mis en scène est complètement perdu. Elle se retrouve dans un lieu inconnu, onirique, qui lui sera décrit comme étant le purgatoire. Sous l’apparence d’un papillon, ayant oublié son identité, elle avance en quête d’indices jusqu’à ce qu’elle parvient à se souvenir qui elle est: Rei. Et, au fil de sa découverte, elle rencontrera sa sœur, Mirai, elle aussi envoyée dans le même monde. Toutes les deux, elles vont donc arpenter les chemins qui s’offrent à elles et connaître des événements difficiles qui dessineront le destin de notre protagoniste: la mort de sa soeur la poussera à s’engager dans un contrat proposé par deux démones qui lui promettent de ressusciter Mirai à condition de satisfaire leurs exigences, à savoir combattre les âmes indésirables qui trainent ça et là. Et c’est donc avec ses nouveaux pouvoirs qu’elle arpentera les différentes zones du purgatoire afin de parvenir à ses fins et ainsi racheter ses fautes. Une quête qui l'amènera à rencontrer des camarades et à tisser des liens avec. Enfin, si l’on veut…

 

On se retrouvera donc, à mesure que l’on progresse, en compagnie d’une petite équipe dont tous les membres sont pourvus de certaines capacités et accompagnés d’une espèce d’entité représentant en quelque sorte leur force spirituelle: les gardiens. Au sein de cette petite réunion de ces sortes de «magical girls», on assiste à des scènes de camaraderies pleines de bons sentiments… ou presque. Encore faut-il y croire. Tout ce qui est montré à l’attention des joueurs manque cruellement de naturel. Et, au lieu de faire naître le sentiment recherché, l’empathie, la mise en scène fait naître tout le contraire chez les joueurs. On perd vite de l’intérêt, on passe par l’indifférence, on la traverse et on finit par éprouver de la gêne, voire plus. Rei, tout particulièrement, est d’une extrême antipathie. On devait la prendre en pitié, on finit par la haïr. Autant dire que jouer à Crystar en devient difficile: pourquoi continuer l’aventure avec un personnage qui ne revient pas? Pour l’expérience de jeu qu’il procure, peut-être? Mais, ici, il n’en est rien.

 

crystar 1

 

Coté gameplay Une touche d’attaque faible, une touche d’attaque puissante, puis une touche à maintenir en combinant avec une autre pour utiliser des techniques consommant des SP. Ajoutons une touche d’esquive, une touche de saut ainsi que la croix directionnelle pour changer de personnage, et voilà j'ai presque tout énoncé. Il ne reste que la touche qui vous donne la possibilité de pleurer, afin de monter une jauge spéciale vous permettant d’invoquer votre gardien en combat pour terminer sur une puissante attaque spéciale. La jauge monte aussi en collectant l’énergie des ennemis. L'équipe de Gemdrops montre qu’elle ne maîtrise pas du tout le genre. Le plus gros point faible réside dans les animations des ennemis et de vos personnages qui sont d’une rigidité insupportable. Cela donne l’impression d’avoir un genre de latence et de l’action peu fluide, alors que techniquement tout est stable. Dans un Action RPG type, il est normal d’attaquer puis de voir son personnage annuler ses attaques pour esquiver instantanément lorsque nous appuyons sur l’esquive.

 

 La pâte artistique que l’on doit au studio d’animation Shaft, qui a d’ailleurs produit l’animé dont semble s'inspirer le jeu, est remarquable. Cependant, elle place l’ambition un peu trop haute, car le titre ne permet pas d’y répondre. Pas que la composition esthétique soit vraiment mauvaise, non, c’est même le contraire. Il y a un certain style. Les décors qui nous entourent ont de l’allure et les couleurs utilisées donnent un ton particulier, allouant à l’œuvre un aspect onirique. Toutefois, là encore, on fait face à un manque d’inspiration. Les chemins, les niveaux donnent une curieuse impression de déjà vu.

 

Du côté de la technique, en revanche, c’est beaucoup moins attrayant, c’est dépassé. L’alliasing est omniprésent et le clipping est monnaie courante. Les cinématiques sont des plus pauvres. Elles empruntent le moteur du jeu, ce qui donne des choses pas très jolies. Les mouvements des personnages sont rigides, lents et surtout très fades. Et puis ne parlons pas de la synchronisation labiale, il n’y a aucune harmonie avec la voix. Cela donne quelque chose de superficiel, telle une poupée articulée.

 

Crystar vous fera certainement pleurer pour le reste. Pleurer pour la répétitivité du gameplay, son manque de dynamisme, puis enfin pleurer pour l’écriture ”loopée” et très déséquilibrée de l’histoire. Pourtant, en essuyant vos larmes et en poursuivant, vous ferez alors face à la roue de la réincarnation qui vous invitera à simplement ranger le jeu et passer à autre chose sur Switch.

 

LES PLUS :

  • Une bonne durée de vie
  • Une direction artistique qui a son charme
  • L'OST

 

Les MOINS:

  • Le gameplay qui manque de variété 
  • Répétitif
  • Techniquement pas ouf

 

10/20

 



29/04/2022
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 54 autres membres