rayan925jv

rayan925jv

Mon avis sur Outward Definitve Edition

 

Bonjour et bienvenue dans ce nouveau test consacré à Outward Definitive Edition sur PS5, je remercie Koch Media France pour l'envoi du jeu.

AVIS :

 

Outward est un jeu développé par Nine dots Studio et édité par Deep Silver, qui se déroule dans un monde heroic fantasy a priori tout ce qu’il y a de plus classique. Mais en présentant des mécaniques innovantes, le jeu se démarque et offre une perspective unique en matière de RPG.

Un jeu de survie réaliste

Dès le début du jeu, on comprend tout de suite que le personnage qu’on va incarner n’est ni un héros vaillant, ni un fier combattant, mais un simple villageois écrasé par une dette envers le village contractée depuis des générations. En effet, l’univers du jeu est incroyablement hostile, et les seules zones sécurisées sont les habitations humaines. Mais pour y vivre, les habitants doivent se soumettre à la loi du Prix du Sang : lorsqu’un individu commet une erreur, c’est toute sa lignée qui paye. Notre personnage doit donc s’acquitter d’une dette contractée par sa grand-mère.

Le joueur démarre alors que son personnage, parti en expédition dans l’espoir de réunir assez d’argent pour payer sa dette, a fait naufrage. On se réveille sans rien – littéralement, le villageois est en caleçon – et il nous faudra dès le début trouver des ressources afin de se débrouiller.

 

 

On se rend compte très vite qu’il va falloir être stratégique sur la gestion des ressources. C’est le point clé du jeu, et également sa plus grande originalité : c’est un RPG de survie, qui se prétend relativement réaliste. Par exemple, lorsque vient le moment de recharger ses batteries, il vous faudra définir combien d’heures de sommeil vous voudrez faire, combien d’heures de garde, et combien de temps vous allez consacrer à l’entretien du matériel. 

De même, vous devrez vous équiper pour survivre, mais il faudra être vigilant à la gestion de ce que vous avez la capacité de porter. Aucun élément ne devra être superflu. Il vous faudra parfois choisir entre du bois pour vous chauffer, des baies pour vous nourrir. Il faudra veiller à ne pas tomber malade suite à l’ingestion d’un aliment ou suite à une blessure de combat. Votre nourriture a une date de péremption, vos armes s’abîment. Ou encore, si votre endurance est trop basse et que vous entrez en combat, le moindre coup vous sonnera. À noter que porter un sac à dos vous rendra plus lourd, et vos roulades d’esquives seront plus lentes. Il vous faudra là encore gérer la situation avec stratégie, quitte à déposer votre sac avant de rentrer en combat. Mais attention à vous assurer de le retrouver.

 

 

Un univers impardonnable

Dans Outward, il vous faudra vous débrouiller pour survivre. Pas de carte pour vous repérer, vous devrez être malin pour trouver votre chemin.

Le jeu vous guide assez peu sur ce qu’il convient de faire, mais en même temps, vous offre une variété de possibilités à explorer pour résoudre certaines situations. Par exemple, dès le début, les villageois vous réclament le Prix du Sang et vous donne cinq jours pour rassembler 150 pièces d’or, à vous de décider de la manière dont vous voudrez résoudre la situation. Plusieurs options s’offrent à vous, et il ne tient qu’à vous de choisir la plus appropriée selon vous.

En revanche, attention car il n’existe pas vraiment d’option de sauvegarde : vos choix sont mémorisés en permanence, et si vous prenez une mauvaise décision, il vous sera impossible de revenir dessus. Faites bien attention à vos choix et à vos options de dialogue, car ceux-ci auront un impact sur la suite de votre aventure. 

Notez que s’il n’y a pas de sauvegarde, il n’y a pas de game-over non plus, à proprement parler : votre personnage ne peut pas réellement mourir, et si vous perdez un combat, vous vous retrouverez plutôt dans une situation aléatoire plus ou moins avantageuse. Il vous reviendra donc de décider de quelle manière vous allez tenter de vous en sortir, ce qui encore une fois, laisse au joueur une très grande liberté. C’est là que réside la force de Outward : ce parti pris de ne pas faire mourir votre personnage offre des possibilités de RP très intéressantes et parfois inattendues, et diffère des RPGs plus classiques. C’est une innovation bienvenue, qui change de ce qu’on a l’habitude de voir.

 

Un jeu à ne pas mettre entre toutes les manettes

Outward fait le pari assumé de diviser, en proposant un jeu peu conventionnel sur bien des aspects. L’aspect réaliste, s’il présente de grands avantages, pourra en décourager plus d’un tellement il rend le jeu difficile. Outre l’hostilité des ennemis, la difficulté réside également dans le fait de se repérer convenablement : la carte est extrêmement sommaire, ni les quêtes ni les donjons ne sont indiqués, et il n’existe pas de fast travel. Le jeu vous demandera donc de parcourir de grandes étendues à pied, et nul doute que certains seront décontenancés par cet aspect.

Impossible de ne pas mentionner les graphismes, qui sont étonnamment peu attrayants pour un jeu aussi récent. Cependant, sachant que Outward est porté par une poignée de développeurs, on le lui pardonnera volontiers si par ailleurs, on accroche au système de RPG réaliste. Clairement, les aspects techniques et visuels ne sont pas les points forts du jeu. Pour ceux qui seront capables de passer outre, vous ne serez pas déçus.

 

12/20



01/06/2022
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 54 autres membres